Réouverture de la carrière de Brandu. Contribution de l’association U Levante à l’enquête pubblique, 6 mai 2024.

La SARL Société de Construction du Cap envisage la réexploitation de la carrière de Brandu.

Photographie : dossier d’enquête publique

Située sur le flanc oriental de la Cima di Guaita, il y aurait 2 secteurs, hérités de l’exploitation antérieure stoppée en 2018 : le secteur nord et le secteur est.

Le 23 juin 2022, la DDT a transmis au service risques naturels et technologiques de la DREAL, un avis défavorable, au sujet de la loi sur l’eau, du défrichement et des risques d’inondation et de mouvement de terrain ; auquel s’ajoute, le 6 avril 2023, un avis défavorable au regard des incohérences du dossier de géotechnique.

Le service biodiversité, eau et paysage de la DREAL communique, au service risques naturels et technologiques, plusieurs avis (16 mai 2022, 24 avril 2023 et 11 septembre 2023) au sujet de la biodiversité terrestre et de l’intégration paysagère : la société doit déposer une demande de dérogation au titre des espèces protégées. Dans ce cadre, le CSRPN donne un avis favorable sous conditions le 30 novembre 2023.

A la suite de cette « phase de consultation » des services de l’État et du public en cours, il y aura une « phase décisionnelle » dans laquelle interviendra l’avis de l’inspection (DREAL).

1 – La piste

De l’entrée située sur la route D80 (seule route littorale du Cap Corse) aux fronts de taille, la piste se déroule sur 7 km (outil mesure de Google Earth).

La MRAE a demandé des précisions au sujet de cette piste et l’exploitant a répondu évasivement :

Un revêtement de cette piste est indispensable.

2 – La maîtrise foncière
La SARL Société de Construction du Cap écrit qu’elle a la maîtrise foncière de l’ensemble des terrains.

Au niveau des zones d’extraction, 5 parcelles ont fait l’objet d’un contrat de fortage avec la mairie de Brando (A1498, 7, 58, 45 et 44).
L’entrée est située sur la commune de Sisco qui a conclu avec la société un bail emphytéotique pour,3 parcelles (D425, 1493 et 1583) et une servitude (trait rouge).
Le reste de la piste a été construit sur différentes parcelles (A0016, 41, 40, 39, 36, 182, 1563, 1598 et 1991) pour lesquelles il n’est pas produit de justificatifs de maitrise foncière, sauf erreur de notre part.

3 – La « route du Cap » n’est pas adaptée au passage de très nombreux et très lourds camions.
Page 16 de la pièce n°7 :
Selon l’entreprise, la circulation sur la RD 80 ne serait pas modifiée. Or il est prévu 31 rotations par jour soit 4 camions par sens et par heure. La circulation, déjà souvent compliquée sur cette route du Cap, le sera forcément davantage.
Page 33 de la pièce n°7 :
L’entreprise n’annonce aucune activité en juillet et août et conclut : «Pas de cohabitation sur les routes avec les touristes lors de la période la plus chargée».
Prendre en compte l’impact sur les touristes est peut-être louable… mais c’est oublier les résidents à l’année, principaux concernés nous semble-t-il
Cette route peut être comparée à la RD 20 qui va de Pisciatello à Marato (Corse du Sud), route
complètement défoncée et rendue très dangereuse par la noria de camions chargés de pierres issues de la carrière de Beddi-Vadde (commune d’Albitreccia). Cette RD 20 est actuellement en cours de réfection aux frais des contribuables : elle était devenue très dangereuse (bas-côtés défoncés, trous géants, etc.). La route du Cap, beaucoup plus fréquentée, est la seule voie d’accès au Cap !

4 – L’eau
De nombreuses communes du Cap, dont la commune de Brando, ne disposent pas d’assez d’eau pour leurs besoins actuels. La démonstration d’une quantité suffisante d’eau nécessaire aux travaux n’est pas donnée.


5 – L’amiante environnemental

La piste est en tireté jaune. Elle recoupe au niveau du cercle rouge un affleurement de serpentinite. Cela concerne la parcelle A 0007.


6 – Conclusions
La direction de U Levante s’étonne que soit présenté en enquête publique un projet si important dont le dossier :

  • comporte un avis défavorable de la DDT et les réserves de la DDT et des réserves de la DREAL et de la MRAE,
  • est manifestement incomplet et manque de précisions dans plusieurs ndomaines cruciaux : environnement, santé, mobilité, nature de l’exploitation.

Le projet comportant trop d’incertitudes quant aux effets négatifs qu’il peut engendrer, U Levante émet un avis défavorable.