Superyachts et ultrariches, à cause d’eux le déluge !

Il faut absolument lire l’entièreté de ce court texte paru sur Mediapart :

https://blogs.mediapart.fr/geographies-en-mouvement/blog/231021/superyachts-et-ultrariches-cause-d-eux-le-deluge

Quand le commun des mortels est enjoint à réduire ses émissions de CO2, une minorité a d’autres préoccupations, comme se pavaner au large dans un yacht. Aberration sociale et écologique, ces monstres des mers constituent un monde en soi, à la fois tape à l’œil et discret.

Cet article est un résumé du livre de Grégory Salle «Superyachts. Luxe, calme et écocide» paru aux Éditions Amsterdam”.

L’auteur met en exergue

  • la “privatisation de facto de l’espace maritime du fait de leur gigantisme”,
  • “la tolérance des municipalités quant à leurs nuisances (rejets dans la mer et destruction des fonds marins)”,
  • la quasi-absence “de condamnation morale de cette pratique dans un contexte de soi-disant efforts collectifs pour faire face à l’urgence climatique.

Quelle est la situation en Corse ?

Des décideurs de l’État et de Corse, sous la pression des richissimes propriétaires de ces navires, malgré les très nombreuses alertes publiées, sont sur la voie d’encourager la venue de ces grands yachts en créant pour ces unités des ZMEL (zone de mouillage et d’équipements légers) à quelques mètres de nos plus beaux sites ou de nouvelles zones de mouillage plus au large. En effet :

Pour lutter contre le réchauffement climatique, on impose à la population des restrictions de vitesse, on l’incite à voyager moins, à moins consommer, à moins polluer, toutes actions d’ailleurs nécessaires, tandis qu’on encourage la classe la plus aisée à continuer de polluer sans restriction et, de surcroît, on lui offre des zones de mouillage dans les sites les plus beaux de Corse.

L’auteur exprime ces faits avec une grande justesse :

“Les superyachts sont révélateurs de nos sociétés polarisées où quelques-uns réalisent leurs rêves les plus fous (et les plus destructeurs) tandis que le reste du monde subit de plus en plus les conséquences de ruptures environnementales, sociales et économiques précisément provoquées par ce qui fait leur raison d’être : envolée des inégalités, accélération du désastre écologique et persistance de l’iniquité juridique. “

ZMEL de Balistra, septembre 2021

Pollution fécale à Sant’Amanza :